• Dans ma peau" le film"

    je préfère être dans ma peau que dans la sienne...

    la semaine dernière, comme à mon habitude, fatiguée d'une longue journée, je traîne mes doigts trankilou sur ma télécommande, en quête d'une berceuse vidéographique, un petit film, une petite sitcom, une petite émission,..

    Mais ma main ne répond plus lorsque mes yeux en ont pris le pouvoir, abasourdis par ce qu'ils voyaient..

    Le film venait à peine de commencer, et déjà il captait toute mon attention, je ne pouvais pas y échapper, fallait que je le regarde jusqu'au bout. Loin déjà était la vision idyllique de la berceuse, place à l'ouverture maximale de mes deux pupilles, devant un long métrage sublime..

    Attention, je dois avant tout définir le vrai sens du mot "sublime". Il a été trop banalement utilisé, ou catégorifié parmi tous ces termes appartenant à l'échelle du beau.. si je vous posais la question.. "qu'est-ce que le sublime?"

    oui, vous me répondez un truc sensiblement proche de "très beau, extrêmement beau,.."

    eh bien il y a d ça de nombreux siècles les philosophes se sont disputés le monopole de la vérité. Mais le sublime définit pour moi (et pour Platon en l'occurence!! ;)) ce sentiment indéfinissable, cette sensation terriblement bizarre, mélangeant paradoxalement attraction et répulsion, envie et dégoût, adoration et mépris. Etre sublimée signifie être choqué, subir une commotion, un choc. C'est infiniment plus intense qu'une simple délectation esthétique.

    "Dans ma peau" m'a sublimée..

    Une femme, jeune et jolie, carriériste, en pleine ascension professionnelle, avec, en guise de compagnon de vie, un homme délicieux, attentionné, aimant, généreux.

    Suite à une blessure accidentelle, cette femme se retrouve plongée dans le rite de l'automutilation.

    "entrer dans la peau d'un personnage" , une expression si parfaitement appropriée à cette oeuvre.

    Une écriture avec le corps sur le corps, plus qu'une peinture, où peut-être une peinture, l'écran se disperse entre palette et toile, le coup de couteau vaut bien le coup de pinceau.

    La mutilation n'est que le point de départ d'une dépendance au sang, à la chair. Elle se mutile, oui, mais elle découvre le plaisir de se faire l'amour autrement que par le sexe. Elle se mange, se croque, se suce le sang. Elle fait de sa peau de vrais morceaux de souvenirs, tannant et séchant des fragments de sa peau.

    C'est un corps vivant qui se déplace parmi des corps morts, purs simulacres, sans substance et sans poids. C'est une protestation contre la catastrophe esthétique, contre le marché qui nivelle, efface, formate.

    Une protestation violente, marquante, perturbante.

    Je ne sais pas si j'ai aimé voir ce film, je ne sais pas si je vous le recommande..

    AINSI SOIT LE SUBLIME

    dans ma peau


  • Commentaires

    1
    Mardi 24 Janvier 2006 à 23:36
    j'avais été
    subjugué par la vision de ce film! un film pas commun en effet! Il paraît que ces courts-métrages sont pas mal barrés aussi à cette Marina de Van... bises du soir
    2
    Mardi 24 Janvier 2006 à 23:39
    je file me chercher un film avant dodo!
    je pense qu'il te plairait. tu l'as vu? bises à toi
    3
    najlae
    Mercredi 25 Janvier 2006 à 03:22
    auto-vampire
    salut ma poulette, g lu d'excellentes critiques sur ce film. jessaierai de le trouver bieintox. Gros bisous cinematografik
    4
    dima
    Mercredi 25 Janvier 2006 à 10:38
    Hors sujet...
    "...eh bien il y a d ça de nombreux siècles les philosophes se sont disputés le monopole de la vérité. Mais le sublime définit pour moi (et pour Platon en l'occurence!! ;))" et "Banquet phédre" tu l'as lu ?
    5
    REDA_l'cousin
    Mercredi 25 Janvier 2006 à 10:55
    qu'est ce que ca fout là ?
    Tout homme normalement constitué, decouvrant sa sexualité, passe par diverses etapes dans sa consideration de la gent féminine. En France, ces etapes sont moins nombreuses et moins distinctes qu'au maroc. je m'explique, tout en parlant de généralités (je ne fais, par exemple, pas partie de cette généralité de marocain, dieu merci) : Alors que le francais, flirte pour la premiere fois, en meme temps qu'il decouvre que sa queue sert a autre chose qu'a uriner, le marocain lui, passe par ces fameuses et inombrables etapes: le smackounet, le smack (tres different du smackounet, pour un marocain, c signe d'une certaine evolution dans le bisou), le baiser (avec les levres), le flirtounet (pareil que le baiser, mais la langue commence un peu a sla jouer, elle se sent en confiance), le flirt...etc, ensuite une fois que le flirt est acquis, c'est les mains qui commencent a ressentir un besoin baladeur...alors l'objectif evolue lui aussi : mnt c les seins, qu'il faut arriver a froler, a toucher...et bien sur, rebelotte, une fois le sein effleuré, l'autre doit y passer lui aussi, l'obejectif evoluant vers "enlever la chemise et toucher sur les sous tifs" pour ensuite "sans les sous tifs..." ouaou ouaou, organisation militaire hadchi, c la NASA serieux. Alors que le francais lui, a 13 berges, direct le flirt, roulage de galoches, tac. tac.tac. la nana sans sous tif. tac. tac.tac. la nana comme a sa naissance, nue comme un verre de terre. Le mome maitrise la situation, il sait exactement comment le sous tif est fait, comment l'ouvrir avec une main. il l'a etudié entre 8 et 11 ans, lui. Lui, habite dans un pays, ou les sexshops fleurissent sans tabous, et ou il a pu s'approvisionner (si c pas lui, c son grand frere) mechamment en film de cul. donc coté formation, ca va il est calé lgarcon.il a acquis des automatismes le mome.tac.tac.tac. fin bref. Toujours dans cette idée d'etapes, le marocain, ne peut s'empecher, de faire le distinguo entre la femme "pour le cul" et "sa femme", son epouse, sa ptite copine, sa dulcinée, sa cherie...Ce meme marocain, ne peut s'enflammer ou s'exciter en pensant a sa femme, AHHH ça il ne pourrait, c'est tellement sain une epouse. Lui, tjrs dans ses fantasmes cochons les plus fous, il ne peut en aucun cas les concretiser, ou encore moins, juste se les imaginer avec celle qui couvre la moitié de son lit tous les soirs. celle qui lui fait a bouffer, fait la vaisselle, le menage, et torche le cul de ses morveux mioches. Non cette femme là, son epouse, a un role bien precis. elle se doit d'etre sage, respectueuse, et religieusement sans reproche. c'est une femme pour qui le sexe n'est que le moyen indispensable pour creer ce quelle torchera plus tard. elle ne ressent pas de plaisir, lla ouallou, meme quand elle fait l'amour, pas de plaisir, aucun...car son objectif est de faire des gosses, pas d'avoir du plaisir...hein mr le marocain de mes deux ? Cet même enflure de marocain, une fois sorti de chez lui, laissant frigide et morveux a la maison (c bien sa vision de la chose), va aller s'attabler dans une terrasse de café. la place choisie n'est pas hasardeuse. elle est etudiée. Pour chaque café qu'il frequente, il a localisé la meilleure place, selon ses personnelles critères dont seul lui a le secret. il m'en a divulgué quelques uns : la table doit etre sur la premiere rangée de la terrasse , si toutefois il y'en a plusieurs. Elle doit etre a l'abris du vent, car le marocain n'aime pas bcq le vent, et il se trouve etre un grand fumeur, donc coté cendrier ca crée des fuite furtive de cendre... ce qui peut malheureusement detourner son attention, et ca SURTOUT PAS , il a bcq a faire le marocain. donc pas de vent, je disais, de preference et il faut absolument que la table puisse donner sur ddayz ou raja3 (ceux qui viennent et ceux qui partent). Une fois ces quelques parametres integrés, le marocain commande une ka7la, café noir super fort, a te mettre au garde a vous un reda decarcassé du matin. Ce café sera l'attraction de l'apres midi...car le marocain arrive, je ne sais par quel miracle, a faire vivre un café tout au long d'une apres midi. Les mauvaise langues diront, c facile, il suffit de ne pas y toucher et de le boire d'un coup sec juste avant de partir. Mais moi je certifie que le marocain a une technique (je suis d'ailleurs admiratif), car son café, il le boit au fur et a mesure de l'aprem, on peut le voir lever son verre, le porter a ses levres avant de le reposer, mais malgré ca, la tasse est bel est bien noire, et noire elle restera des heures et des heures...???!!!???!? Plus haut, je parlais de l'attention du marocain pendant cette excitante apres midi..."extreme attention" donc, "excitante" l'apres midi, oui oui, car il se reaprovisionne en images le marocain dans ce café. Images qu'il fera defiler une par une, assis bien miserablement, sur la cuvette de ses toilettes, les yeux mis clos, la main droite crispé alerte, s'agitant sur son membre ettouffé, la main gauche servant de recharge en savon et sa femme criant pour la 10ème fois "3ziziiiiiiii, oua ajji t3acha". Une fois terminé, une fois soulagé, vidé, il dira la meme phrase que celle qu'il disait en regardant les jolies culs bombés des marocaines du maarif, en pensant deja a ce si doux moment passé en total osmose avec la froideur de ses toilettes..., il dira pour legitimer son inavouable acte : "allah oumma hada mounekar" ou autre "a3ouuuude billah lina chitane rrajim"..oua chitane c toi espece de frustré schysophrène...
    6
    Mercredi 25 Janvier 2006 à 13:11
    ...
    Dima> je crois que j'ai eu l'occasion d'en lire quelques extraits à l'époque de la fac.. mais ne me demande pas de t'en parler!! un hors sujet pour toi, mais crois-moi le sublime était un des sujets phares d'une époque de la réflexion de Msieur Plat'.. Najou> un film très très particulier comme je disais.. c'est pas sandra bullock avec hugh grant!!bisous télénetiques! Doudou> y a que toi pour me voler la vedette et écrire plus long que le billet lui-même, parler de tout sauf du sujet abordé dedans, de pousser ta gueulante explosive et démesurée sur ce qui t'ennuie.. MAIS C'EST POUR CA QUE JE T'AIME!! mais parenthèse à part.. ça se passe plus beaucoup comme ça.. ça tac tac plutôt vite j'ai l'impression!! mouah!! (rentre vite touhachtek)
    7
    dima
    Mercredi 25 Janvier 2006 à 14:13
    de Hors sujet à Hors sujet...
    Pas du tout l'artiste c'est juste que j'y suis plongé dedans ces temps-ci tout en relisant le passé simple de Chraibi (deux casseroles sur le feu en meme temps... mais quelle évasion par ces temps-ci qui courent !) c'est en découvrant ta définition du sublime et ton penchant intellectuel et pour le discours de Platon que j'ai eu l'idée de te poser la question ;) un de ces quatre on pourra en parler si le coeur t'en dit...
    8
    Mercredi 25 Janvier 2006 à 21:09
    avec grand plaisir!!
    Le débat sur le sublime m'avait passionnée.. je me ferais un plaisir d'en discuter un jour.. la notion du beau aussi, enfin ce qui me plaît là-dedans c'est surtout de trouver les mots qui expriment avec justesse un ressenti donné. en art le sublime c'est une émotion particulière. Et puis comprendre le vrai sens des mots tout simplement.. je m'en suis un peu détachée malheureusement avec le temps, mais j'ai toujours eu un attachement pour cette partie-là de la littérature.. la littérature tout court d'ailleurs.. au fait, parisiansmile.. pas mal du tout!! les dix commandements.. extra!! je vais probablement la trôner parmi mes lectures du net! merci mon Dima!
    9
    dima
    Mercredi 25 Janvier 2006 à 22:32
    les dix commandements ;) mais encore stp... ?
    Surement je retiendrai ta définition du mot en question mais ce qui a attiré mon attention c'est ta référence... comme quoi parfois on peut trouver le bonheur du mystère des mots chez ces Grands Messieurs et Maitres de la Philosophie, natifs de cette parcelle de Terre que j'aimerais bien visiter un jour -La Gréce-. Sinon Merci pour cela : "Une écriture avec le corps sur le corps, plus qu'une peinture, où peut-être une peinture, l'écran se disperse entre palette et toile, le coup de couteau vaut bien le coup de pinceau." On y retrouve et on y perçoit ton coup de patte artistique ;)
    10
    Samedi 14 Avril 2007 à 22:32
    moi a agadir je vais fair in blog
    slt ca va moi toujou cava
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :