• envie, trop envie ..

    .. d'écrire un peu, de vider cette panse, ces tripes, ce trop plein de mots, de phrases, de gesticulations intérieures..

    Je sors du boulot, éreintée, fatiguée, stressée, je passe voir Thierry et Sandrine, et il m'a suffi de deux vodkas pour m'envoyer sur une autre planète..

    J'ai pris le volant, tranquillement, prudemment, et j'ai glissé, flotté, léché, frôlé le bitume. Je ne voulais plus m'arrêter, la nuit me paraissait paradisiaque, féérique, cet instant magique et unique de solitude intense et de retrouvailles émouvantes avec soi. Juste Ben Harper qui me fredonne langoureusement ces quelques mots, ces quelques accords caressés sur sa guitare, il me raconte que "for now It's just another lonely day", il me prend par le bras, me touche la nuque, souffle dans mon oreille, je retiens mon souffle pour ne rien rater, il me parle à moi, à personne d'autre, il est là, dans la voiture, je ne le vois pas mais le sens se coller contre moi, m'envahir et faire partie de moi, de mon voyage.

    J'en suis sûre, ce soir, comme peu de soirs, je me délecte de cette délicieuse saveur de .. moi, avec mes pensées, mes rêves, mes songes, et moi.. moi, oui, un instant mythique de nombrilisme et d'isolation.

    Le volant glissait dans mes mains, la route défilait sous mes yeux, à la même vitesse que mes images, celles qui circulent ça et là dans ma petite tête.

    Je voulais écrire, alors je me suis résignée à arrêter mes tours de pâté de maison, à arrêter de griller l'essence de momon, à rentrer et enfin libérer ma vessie, à allumer l'ordi et lui délivrer tous les secrets de mon intimité, celle de mon voyage incertain, mais pur, celui de mon coeur, mon âme, mon esprit, tous emportés par un vent violent mais délicat, loin, loin de cette terre surpeuplée de gens qui ne semblent plus comprendre mon langage.

    Envie de tout, tout, envie de te prendre dans mes bras, envie, de peindre un corps, nu, se livrant à moi comme un livre ouvert, envie de caresser les cheveux de ma douce mère, envie de manger une glace au chocolat, envie de chanter fort dans un micro sur une scène sans public, être la seule à m'entendre chanter juste, et aimer, aimer, se sentir grisée, partir, être sur une plage, du sable clair dans lequel j'enfonce mes pieds, une eau bleue dans laquelle je plonge mes yeux, un ciel infini dans lequel je lave mon âme.

    Comme un homme saoûl et seul, je vous dis à tous : je vous aime.


  • Commentaires

    1
    Vendredi 13 Janvier 2006 à 22:35
    légereté
    éh bien la vodka te fais voyager, pas besoin de prendre l'avion. JE t'aime aussi...
    2
    najlae
    Samedi 14 Janvier 2006 à 04:14
    re
    saoule de ma solitude de ce vendredi soir,ze te dis bravo pour ce billet inspire xx
    3
    Samedi 14 Janvier 2006 à 16:12
    mi
    ma louloute.. tenons-nous compagnie.. vendredi solitori. Mouah!!
    4
    dima
    Mercredi 18 Janvier 2006 à 12:21
    Envie, trop envie... comme ton titre :)
    Elle fleure bon ta nuque ;)
    5
    Jeudi 19 Janvier 2006 à 23:20
    envie de quoi?..
    quelle fleur? quel parfum? dis moi tout!
    6
    dima
    Vendredi 20 Janvier 2006 à 01:28
    Prend bien soin de toi ;)
    Juste ta fraicheur entre quatre yeux ;) pour l'instant tachons de protéger et garder notre amitiè virtuelle qui m'est précieuse...
    7
    dima
    Mardi 24 Janvier 2006 à 18:48
    Quel beau fruit d'Amour tu es ;)
    Saiga, je dois t'avouer une chose véridique : à chaque fois que je viens te rendre visite, je regarde toujours ta photo et quand bien meme je ne vois pas tes yeux je te trouve très très très mignonne... mignonne et tristounette à croquer avec modération et encore je ne vois pas tout le reste de ta désirable silhouette mais je réussis à le deviner ;) PS: rends moi service, mon artiste préférée, retires la photo du blog parce que cela me torture et je sens une toute petite pointe de jalousie à  l'idée de savoir que d'autres yeux aussi gourmands que les miens se délectent en te regardant :)))
    8
    Mardi 24 Janvier 2006 à 19:55
    incessamment sous peu..
    rouges sont mes joues, et grosses mes chevilles.. je plaisante!! merci pour cette myriade de compliments, et cette petite fausse jalousie très mimi.. bzz
    9
    dima
    Mercredi 25 Janvier 2006 à 10:52
    Que Dieu maudisse la jalousie...
    fausse ? toujours sincère avec toi ;) et je signe et persiste en la qualifiant de vraie... mais tu gagnes à etre regardée et admirée par les fans males de ton blog donc laisses là accrochée au mur virtuel du présent post ;)
    10
    dima
    Mercredi 1er Février 2006 à 16:35
    Quelle chance il a le Ben Harper !... ;)
    "...il me raconte que "for now It's just another lonely day", il me prend par le bras, me touche la nuque, souffle dans mon oreille, je retiens mon souffle pour ne rien rater, il me parle à moi, à personne d'autre, il est là, dans la voiture, je ne le vois pas mais le sens se coller contre moi, m'envahir et faire partie de moi, de mon voyage..."/// Le Ben Dima ;) il peut toujours attendre :)))
    11
    Mercredi 1er Février 2006 à 18:47
    le Ben n'en saura jamais rien..
    ...
    12
    dima
    Mercredi 1er Février 2006 à 18:51
    Qu'est ce qu'elle était douce...
    !...
    13
    Mercredi 8 Février 2006 à 21:04
    C'est pendant ton absence que tu es plus présente...
    Au moins avec ce post j'ai la chance d'abreuver ma soif et mon envie de te voir...
    14
    bob la coquillette
    Mercredi 8 Février 2006 à 21:30
    Acalmie...
    Sourire ému de ma conscience isolée, loin des pléonasmes et des facilités... C'est beau l'errance, Loin de la raison, loin du sens. Besoin d'altitudes, noyer le whisky dans la solitude. Homme seul et saoul, je répond que je t'aime... Et la vie s'écoule.
    15
    Lundi 13 Février 2006 à 13:43
    ..
    Dima> me revoilà, merci d'être là! Bob> très belle prose poétique.. reviens quand tu peux, quand tu veux! P.S : noyons-nous dans tout sauf le whisky, tu veux bien? ;)
    16
    dima
    Jeudi 23 Février 2006 à 01:08
    L'envie est et sera pour toujours...
    ... et point de ta vie de célibataire périlleuse... te rappelles-tu de cette belle vérité : "Parce que la réalité est douce et jouissive, la virtualité l'enjolive et constitue les prémisses de l'aboutissement du réél" moi en tous cas cela me parle beaucoup...
    17
    dima
    Lundi 3 Avril 2006 à 15:02
    Je pensais à toi...
    et je me suis faufilé jusqu'ici en espérant que tu vas mieux et que le rhinocéros ne t'embete plus dans ton quotidien... PS: j'aime ton blog mais quand je me relis sur d'autres posts j'avoue que je me trouve lourd de chez lourd ;)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :