• ghorb-attitude

    La seule et unique fois où je me suis sentie pareil que ces temps-ci, c'est quand j'ai débarqué à Montpellier, il y a 4 ans, que je ne connaissais personne, que je regardais Momon s'éloigner en me faisant de grands signes de la main, les yeux baignant dans les larmes.. et ça, régulièrement le long de ces quatre années, entre deux phases de bonne humeur, j'avais des envies morbides de me jeter contre un des 4 murs de ma chambre de bonne..

    Peut-être qu'il n'y avait rien de différent du sentiment que j'ai aujourd'hui, si ce n'est que, ici, j'ai ma famille, qui constitue un pilier important, et que là-bas, c'était plutôt l'excitation de découvrir une nouvelle vie, dans une autonomie totale..

    mais si, je sais.. je sais pourquoi c'est si dur :

    en France, c'est là que vraiment je me suis construite pour la première fois. avant de partir d'ici, je n'avais aucune responsabilité, pas même la responsabilité de moi même!! je n'avais le droit de rien faire, ni de prendre un train seule, ni de conduire (bien que j'aie le permis!), ni de sortir, ni de découcher.. j'étais sur-couvée par une famille ultra-protectrice! (si vous les voyez aujourd'hui, vous auriez du mal à le croire!!)

    Et du jour au lendemain, je me retrouve projetée dans un tout nouveau paysage, seule, livrée à moi-même, avec compte en banque, factures à régler, paperasses à remplir, solitude tant rêvée mais inconfortable une fois obtenue. je réclamais en chouinant les câlinous de ma petite mère, je me cloisonnais dans mon minuscule espace devant une télé qui grésillait, et j'adoptai un chien dès que l'on m'en proposait!

    Après cette dure épreuve, j'ai rencontré petit à petit des gens, par la force des choses, en allant en cours d'abord, en sortant après, et en travaillant enfin.

    Quand même, au terme de ces années de "ghorba", j'étais devenue très entourée, souvent même en faisant mes courses j'étais sûre de ne pas échapper à la rencontre d'une connaissance (genre "oh lui, putain j'ai pas envie de le voir!!", ou "ooooooooohhh! Julie, comme ça fait plaiiisiirr!!"),.. j'avais pissé aux quatre coins du tapis, j'avais trouvé mes repères, je me sentais chez moi..

    Je savais mieux que personne que pour aller aux Arceaux, le meilleur chemin était de descendre le Jeu de Paume pour prendre boulevard Gambetta, je savais que si je voulais de la compagnie Didier était toujours euphorique quand je lui proposais de passer à la maison, je savais qu'au barberousse je suis certaine de croiser Erwan qui me ferait l'apologie de ses histoires de cul, je savais que si je me sentais triste Amélie serait là pour me prendre dans ses bras,etc. 

    Aujourd'hui je remets le compteur à zéro, et c'est chose bien douloureuse.. mais pourquoi ça ne prendrait pas la même allure ici?
     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 29 Décembre 2005 à 19:50
    RE
    ben voila,en fait,c qd tu pars que tu remets les compteurs a zero.Moi,du jour au lendemain,je me suis retrouvee a la ghorba sans mon boulot,sans mon salaire,sans mes 12h d'abonnement maroc telecom (ki suffisaient pas!),sans mon network ou ke j'aille,ds un coin tt a fait nouvo, et SANS les calins. Comme toi,mnt g mes reperes,mais c pas pareil...y a pas de raison pour ke ta vie reprenne pas la meme allure. Au fait,bravo pour les toiles,surtout N&B, solitude. tu vends? :)
    2
    Jeudi 29 Décembre 2005 à 20:19
    merki
    effectivement, le spleen de la ghorba est incontournable, et si je n'énumère que les bonnes choses de mon ancienne vie montpellieraine, c'est parce que avec le temps on tombe dans le piège de l'idéalisation, mais je me souviens très très bien comme je me tapais des sacrées déprimes au moins une fois par mois.. merci pour les toiles! je vends.. si tu achètes!! bzz
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Jeudi 29 Décembre 2005 à 22:28
    future mecene :p
    au moins une fois par mois? :p je bats des records alors.. bon,pour les toiles, j'en aurai besoin pour mon nouvo chez-moi en rentrant au bled :) (o fait, je parlais de sadness). J'acheterai. Continue.
    4
    Jeudi 29 Décembre 2005 à 23:34
    plus que ca??
    ne me dis pas que tu crises plus souvent que ca.. bon ecoute: fais tes cartons illico et viens vite acheter mes toiles!! je te ferais un "sadness" saveur hapiness.. promis!
    5
    dima
    Vendredi 24 Février 2006 à 19:09
    La vérité est toujours belle à lire...
    C'est quand meme étrange la vie... Maintenant que tu as accouché de ce texte il y a de cela 2 mois environ on pourrait quand meme affirmer tu as trouvé d'autres Amélie, Erwan, Didier là où tu es, que ta propre vie a retrouvé ses propres repéres, que tu pourrais de nouveau passer tes mains dans les cheveux de ta maman et les caresser, que les calinoux maternels tu en es gavée jusqu'à tu n'en peux plus, que tu as retrouvé un boulot au sein d'une équipe de choc dans un domaine professionnel intéressant qui requiert aussi certaines parcelles de ton savoir artistique, bref que tu t'es retrouvée toi meme quoique d'autres chemins sont et resteront toujours à ta portée (suivez mon innocent regard vers l'autre rive de la méditérranée). J'aurai cru, l'instant d'un sincére doute, avoir écrit les vérités suivantes : [que je regardais Momon s'éloigner en me faisant de grands signes de la main...], [en France, c'est là que vraiment je me suis construite pour la première fois...], [Et du jour au lendemain, je me retrouve projetée dans un tout nouveau paysage, seule, livrée à moi-même, avec compte en banque, factures à régler, paperasses à remplir, solitude tant rêvée mais inconfortable une fois obtenue...], [je me cloisonnais dans mon minuscule espace devant une télé qui grésillait...], [Après cette dure épreuve, j'ai rencontré petit à petit des gens, par la force des choses, en allant en cours d'abord, en sortant après, et en travaillant enfin...]. Dans un passé pas si loin que cela j'ai ressenti les memes émotions véhiculées par les phrases su-citées... Mes respects et ma tendresse l'Artiste.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :